Le Covenant

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum de la Confrérie le Covenant - Seigneur des Anneaux Online - Estel

Le Deal du moment : -50%
-50% sur les sacs à dos pour ordinateur ...
Voir le deal
19.99 €

2 participants

    D'une fugue.

    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty D'une fugue.

    Message  Invité Ven 5 Mar - 9:46

    Un cri strident, hystérique, retentit dans le quartier d’Oncines. C’est une jeune femme ronde et rousse, au visage constellé de tâches de son, qui accourt, les jupes relevées sur ses genoux tremblants. Les poumons en feu, elle traverse le vaste jardin, manque trébucher sur les marches du perron. Poussant rudement la porte du Manoir, elle pénètre les lieux, le regard affolé, le cheveu en bataille de sa récente et folle course. D’aucuns pourront reconnaître Ermeline, la nourrice breearde du petit Calanthir.

    - Y a quelqu’uuun ? Par mes aïeux... Pitiééé ! Y a quelqu’uuun ?

    Les joues rougies, Ermeline est plantée au milieu de la grand’salle de la bâtisse, les bras ballants dans un mouvement de totale impuissance.
    Eoldbeorth
    Eoldbeorth
    Neth


    Messages : 48
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 39
    Localisation : Rohan

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Eoldbeorth Ven 5 Mar - 12:59

    La raison de la présence d'Eoldbeorth dans le manoir, ou il ne mettait pourtant pas souvent les pieds était obscure... lui même sans doute ne le savait pas. Les événements récents et les troubles au sein de la communauté l'avait poussé à chercher des réponses à ses questions, et ses pas l'avaient conduit ici presque machinalement.

    Il déambulaient dans le Hall principal lorsqu'il entendit la porte ouvrir à la volée et une femme apparaitre essoufflé. Il avait déjà croisé Ermeline une fois ou deux et il la reconnut instantanément. A la mine dépitée et aux hurlements qu'elle poussa, l'attitude du Rohir changea. Ses doutes s'étaient envolés, son instinct prenant le pas... Il ne fallait pas être bien futé pour comprendre que quelque chose de grave s'était passé.
    Il se rua sur la femme et la saisit vigoureusement par les bras, et planta son regard dans celui de la nourrice.

    "Que ce passe t'il Ermeline? Où est ta maitresse? Pourquoi n'es tu pas auprès de son enfant? Mais parle à la fin"
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Ven 5 Mar - 13:13

    Ermelinde pousse un cri d'épouvante, d'être ainsi malmenée par les mains vigoureuses de cet espèce d'ours qui s'est rué sur elle. Un éclair de compréhension se lisant dans son regard, elle avise le géant blond et se ressaisit, rouge de confusion.

    - Ah ! C'vous, m'ssire Borth ? geigne-t-elle, la mine défaite. Si j'savais où elle est, la dame, j'vous l'dirais, j'serais pas là à alerter tout l'quartier ! Mais ! c'est qu'elle a laissé le p'tit Calanthir, la dame... et qu'elle est partie, les coff' tout ça, remués, vidés... par mes aïeux, m'ssire Borth ! Elle est partie !

    Ermelinde passe ses mains potelées sur ses joues et pousse un long soupir à fendre l'âme.

    - J'la savais capricieuse, la dame, mais pas au point d'faire ça ?!! Ah, m'ssire Borth ! Que va d'venir le p'tit mouflet sans sa mère ? Par mes aïeux...
    Eoldbeorth
    Eoldbeorth
    Neth


    Messages : 48
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 39
    Localisation : Rohan

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Eoldbeorth Ven 5 Mar - 13:37

    La colère pouvait se lire sur les traits du Rohir, sans doute même de la fureur. Il ne prit pas le temps de rectifier la nourrice sur la prononciation de son nom... il y avait beaucoup plus urgent à faire. Il ferma les yeux un instant pour mieux réfléchir puis les ouvrit pour les planter une nouvelle fois dans les yeux d'Ermeline.

    "Vous allez immédiatement retourner auprès de l'enfant. Je vais faire parvenir des messages à l'attention de quelques personnes afin qu'ils viennent veiller l'enfant avec vous et s'occuper de sa sécurité. Je vais m'occuper de Celairil. Savez vous par où elle est partie? Ce qu'elle a emmené?"

    Il avait quelques idées sur l'endroit ou la retrouver, il espérait qu'elle y serait afin de lui faire entendre raison. Après avoir entendu la réponse de la jeune femme il la laissa retourer auprès de l'enfant. Il prit encore un temps de reflexion avant de sortir, monter en selle et enfoncer les flancs de sa monture.
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Ven 5 Mar - 14:09

    A peine a-t-elle eu le temps de l'informer que la jeune et capricieuse Celairil s'est enfuie en tenue de voyage et chapeau à plumes, armée d'une dague, d'un arc et d'une besace pansue en bandoulière... que cet ours de Borth la laisse là, tremblante d'inquiétude et la mine misérable.

    - Pauv' petit ! marmonne la nourrice. Par mes aïeux... quel' mère digne de c'nom abandonnerait son gamin... comme ça... !? Mériterait une bonne fessée, c't'ingrate... pis même !

    Ermeline se gratte le sommet du crâne, l'air contrarié, l'oeil rond rivé sur le vestibule ouvert aux quatre vents et par où vient de disparaître, aussi pressé et tempétueux qu'un taureau, le géant blond. Elle pousse un soupir las et, ramassant ses jupes, s'empresse de retourner auprès du pauvre 'orphelin'.
    Eoldbeorth
    Eoldbeorth
    Neth


    Messages : 48
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 39
    Localisation : Rohan

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Eoldbeorth Ven 5 Mar - 19:07

    Il sortit en trombe du quartier d'Oncines et manqua de percuter un cavalier qui venait en sens inverse. Il darda les flancs de sa monture afin de le faire accelerer lorsque le cavalier l'interpella.

    "Sire? Sire? Sire Eoldbeorht?" criait il en tentant de rattraper le cavalier

    "Pas le temps" aboya le Rohir penché sur l'encolure de sa monture.

    "Mais elle a dit que c'était urgent!!"

    "Elle"? Il tira vivement les brides de sa monture qui se cabra presque, ennuyée par les ordres contraires que lui donnait son cavalier. Il se saisit vivement du pli que lui tendit le cavalier et en arracha le cacher avant de le lire. Sa mine s'assombrit de nouveau et il peina a articuler ces quelques mots au messager.

    "Où était elle quand elle vous a donné ceci?"

    "Hé bien... heu... elle... elle était a l'Auberge Abandonné" béguéya-t-il visiblement anxieux.

    Eoldbeorth fit faire volte face à sa monture pour se rendre dans les Terres solitaires et enfonça de nouveau les flancs de son coursier Galadrhim.

    "Montre moi que la vitesse des chevaux de ta race n'est pas usurpée... Vol mon ami..." susurra t'il à l'oreille de la bête.

    Ils filèrent à brides abbatues, le cavalier couché sur l'encolure de sa monture, et atteignirent l'Auberge Abandonnée en un temps record. La bête semblait encore en pleine possession de ses moyens. Sans descendre de selle, il hella un palefrenier tout en détachant une de ses nombreuses boucler en or accroché sur ses oreilles.

    "Hé gamin, ça te dirait de gagner cet anneau d'or? Dis moi vite si tu as vu une cavalière passer par ici. Cheveux très noirs, un grain de beauté au dessus de la lèvre, elle portait un arc et devait arborer une mine bien triste.."
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Ven 5 Mar - 19:31

    Le jeune palefrenier lorgne l'anneau que le géant blond fait lentement tourner entre ses doigts. L'oeil brillant, passant une langue sur ses lèvres, il bombe bravement le torse.

    - Ah, m'ssire, c'est qu'la dame dont vous parlez, elle est toujours à l'Auberge. Elle a même loué un' chamb' pour la nuit... doit y êt' encore, pour sûr !

    Le jeune homme s'esclaffe, tout en passant une main dans ses cheveux.

    - Dites, m'ssire, j'l'ai méritée, la bague ?
    Eoldbeorth
    Eoldbeorth
    Neth


    Messages : 48
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 39
    Localisation : Rohan

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Eoldbeorth Ven 5 Mar - 20:06

    En entendant que la jeune femme était toujours à l'auberge, les traits du Rohir se détendirent et il se jeta a bas de sa monture.

    "Oui tu l'as mérité" dit il en tendant l'anneau au palefrenier. "Cet objet vaut au bas mot 500 pièces d'argent, n'en accepte pas moins!"

    Il posa une main amicale sur l'épaule du jeune homme en souriant et poussa la porte de l'auberge avant de se retourner.

    "Et n'en oublie pas de t'occuper de ma monture. Elle m'a mené ici depuis Bree à un train d'enfer... elle mérite eau et avoine!"

    Il fallut quelques instants pour que ses yeux s'accomodent de la demie-pénombre qui régnait a l'intérieur de l'auberge. Il chercha du regard la jeune femme mais ne l'y vit point. Il se tourna alors vers l'aubergiste.

    "Hola l'ami. Je suis à la recherche d'une amie. On m'a dit qu'elle avait prit une chambre ici. Une jolie jeune femme, bien faite, les cheveux noirs et un grain de beauté au dessus de la lèvre... ça vous dit quelque chose...?" dit-il en lui glissant une petite pièce.
    Geliel
    Geliel
    Gaurtwaith


    Messages : 63
    Date d'inscription : 18/10/2009
    Localisation : London

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Geliel Ven 5 Mar - 20:52

    Le bruit des sabots retentit sur les pavés d'Oncines. Une fois la torpeur du réveil forcé passée, Geliel réalisa soudain qu'un tel bruit n'était pas naturel dans le quartier d'habitude si calme. Elle se laissa donc glisser lentement hors de son lit, attrapa de quoi se vêtir, puis se frotta une dernière fois les yeux avant de sortir de sa maisonnette à la recherche du cavalier qui avait perturbé sa grasse matinée, pour lui expliquer en détails ce qu'elle en pensait.

    Passé le seuil de son jardin, elle aperçut un cavalier qui prenait la direction de la place centrale en menant sa monture au pas. Qu'elle harangua vivement:

    "Oh mon grand, tu fais quoi de si bon matin à trotter dans le quartier ?"
    Le cavalier la regarda avec des yeux exorbités, comme pris de démence, mais aussi avec un certain soulagement.
    "Mm.. madame ! C'est terrible ! L'est partie, et l'aut' l'a suivie !" bredouilla-il comme possédé.
    "Oh, ralentis, tu m'as perdue en route. Qui est parti suivre qui ?"
    "Dame Celairil ! Elle a mis les voiles. Elle m'a confié un pli scellé que je lui ai remis et il..."
    "Qui 'il'?" l'arrêta net la jeune femme.
    "Un grand blond qu'elle avait dit, son nom est Eoldbeorth qu'elle avait dit ! Il me payerait en échange du pli qu'elle avait dit !" commença a sangloter le cavalier.
    "Merde, c'est quoi cette histoire encore ?" jura la rouquine. "Il est parti vers où ?"
    "Il l'a suivie vers l'Auberge Abandonnée, mais..."
    "C'est bon tu peux disposer."
    "Mais et pour ma course ? Elle avait dit..." marmonna le messager.
    "Que le grand blond te payerai ? J'ai l'air d'un grand blond ?" puis elle se détourna et pris le chemin du manoir.

    En entrant dans la grande salle, Geliel aperçut le couffin du fils de Raeniel non loin d'une des cheminées, et elle vit sa nourrice venir à elle, le visage rouge de larmes.
    Geliel tenta de la calmer doucement, par égards pour l'infant encore endormi, pour enfin tirer quelque-chose de sa nourrice. La breearde, après plusieurs minutes impliquant des sanglots incompréhensibles, finit par tout dire sur la disparition de Dame Celairil.

    Alors Geliel alla se saisir d'un bout de papier et griffonna en hâte des indications qu'elle remit à Ermeline, puis rentra chez elle en courant, dévallant littéralement la colline. Quelques minutes plus tard, une nouvelle monture battait les pavés d'Oncines, portant une cavalière et tout son paquetage de voyage.

    "Et je n'ai même pas eu le temps d'avaler quoi que ce soit pour le petit déjeuner..." pensa-elle.

    En lisant le papier, Ermeline put y lire :

    Aux membres du Covenant,

    Ce matin, Dame Celairil serait partie sans mot dire laissant tout derrière elle, même son enfant. Eoldbeorth serait déjà sur sa piste en direction de l'Auberge Abandonnée. Je vais moi-même prendre cette direction à leur recherche.

    Geliel Trembleterre.
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Ven 5 Mar - 22:43

    Eoldbeorth a écrit:"Hola l'ami. Je suis à la recherche d'une amie. On m'a dit qu'elle avait prit une chambre ici. Une jolie jeune femme, bien faite, les cheveux noirs et un grain de beauté au dessus de la lèvre... ça vous dit quelque chose...?" dit-il en lui glissant une petite pièce.

    Anlaf l'Aubergiste, surnommé le Mélancolique, avise le Rohir et esquisse un large sourire, ses doigts s'emparant de la pièce et jouant un instant avec.

    - Ah ça ! Un beau brin d'fille, votre amie ! A pas laisser seule trop longtemps, moi j'dis, surtout avec les aventuriers de tout acabit qui traînent par ici... héhé ! Je lui ai loué une chambre au sous-sol... elle en est pas sortie de la journée !

    L'aubergiste fixe le géant blond, dont le visage est auréolé de cheveux tressés et dont les oreilles s'ornent d'anneaux. Un ricanement amusé s'échappe de ses lèvres.

    - Elle vous a fui, la donzelle ?
    Eoldbeorth
    Eoldbeorth
    Neth


    Messages : 48
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 39
    Localisation : Rohan

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Eoldbeorth Sam 6 Mar - 0:06

    "Je ne suis pas vraiment persuadé que c'est moi qu'elle ait fuit... mais on peut voir ça ainsi... En tout cas je vous remercie..." lâcha le Rohir, peu amusé par la plaisanterie du tenancier.

    Il se dirigea vers la porte menant au sous sol, l'ouvrit, s'assura que personne n'était sur le point de descendre en même temps que lui, et dévala les marches la mine grave.

    Toutes les portes étaient entrouverte, toute sauf une, il en déduisit donc que ce devait être la seule chambre occupée. Il s'en approcha et porta la main à la poignée. Après un instant de réflexion il retira sa main et la frappa délicatement contre le bois. Il prononça d'une voix qui se voulait aimable et rassurante;

    "Celairil? Je sais que tu es là... C'est Eoldbeorth. Ouvre moi veux tu... Ouvre moi que nous puissions parler. Celairil? Ouvre je t'en prie..."

    Il posa délicatement son oreille contre la porte afin d'y deceller un quelconque bruit.
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Sam 6 Mar - 0:38

    *Un grincement discret sur le plancher. Le crissement des pieds d'une chaise, sans doute.*

    Celairil s'approche de la porte et appuie sa joue contre le panneau de bois. Sa main effleure la poignée, s'écarte vivement comme si elle s'y était brûlée. Sa voix, éraillée de fatigue et d'émotions contenues, retentit à travers la cloison de bois branlant.

    - Va-t-en, Eold ! Retourne d'où tu viens ! Je n'ai pas envie de te parler... ne sais-tu donc pas lire ? Ma missive était pourtant claire !

    La jeune femme déglutit et ferme les yeux, le coeur cognant à coups redoublés contre sa poitrine.

    - Je veux rentrer au Gondor... je veux retrouver la Maison familiale !Je n'ai plus rien à faire dans ce Pays qui m'est devenu hostile, où j'ai tout perdu... va-t-en !
    Eoldbeorth
    Eoldbeorth
    Neth


    Messages : 48
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 39
    Localisation : Rohan

    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Eoldbeorth Sam 6 Mar - 0:54

    "Tout perdu... non pas tout..."

    Le front posé contre la porte, le Rohir avait murmuré ces mots. Une ombre de rage passa dans son regard.

    "Tu sais que je suis têtu Celairil... et tu sais que cette porte ne me retiendra pas longtemps..."

    Il attendit un instant la réaction de la jeune femme, mais elle ne vint pas.

    "Je ne partirai pas d'ici avant de t'avoir vu... je ne partirai pas d'ici sans toi. Tu m'avais demandé d'être patient, j'ai été patient, mais je ne renoncerai pas... je ne t'abandonnerai pas. Et si je ne peux te convaincre de rentrer, alors je te suivrai partout... que tu le veuille ou non!"

    Il posa sa grosse main calleuse contre le bois à hauteur de son épaule.

    "Ouvre moi Celairil... s'il te plait"
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Sam 6 Mar - 1:23

    Après avoir écouté le Rohir sans piper mot, Celairil décolle sa joue de la porte, au bois délavé, patiné par les ans. Un court instant, elle appuie son front sur la surface striée dont la froide sensation sur sa peau semble apaiser le feu de ses pensées tumultueuses. Elle sait Eoldbeorth capable de tout, ses paroles ne sont pas que fumées dans le vent... ne le lui a-t-il pas déjà prouvé ? Même dans ses actes... ?

    Se redressant, inspirant profondément, la jeune Gondorienne pose une main tremblante sur la poignée, dont les contours luisent sous les faibles reflets de l'unique et crachotante flamme d'une bougie. Poignée qu'elle fait tourner lentement, très lentement, avant d'entrebâiller la porte et d'apparaître sous les yeux du géant blond.

    *Ce dernier constatera qu'elle a coupé ses cheveux de jais, en une sorte de carré court aux mèches folles et inégales.*

    Malgré la détermination qui se lit dans le regard pâle qu'elle lui oppose, une lueur indécise palpite à sa surface.
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Sam 6 Mar - 20:52

    Clignement de paupières.

    Celairil pose un long regard sur le Rohir qui demeure planté là, droit et fier devant elle, de toute sa taille impressionnante. Son ombre imposante, projetée par la lueur vacillante des flambeaux du sombre corridor, semble peser sur elle, l'écraser, l'étouffer. C'est d'un mouvement instinctif qu'elle s'écarte lorsqu'il esquisse un pas vers elle, déterminé.

    La tension est palpable dans l'atmosphère silencieuse des lieux.

    La main de la jeune femme se crispe sur la poignée et referme la porte derrière eux, dont les gonds protestent dans un sourd grincement désagréable...
    avatar
    Invité
    Invité


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Invité Dim 7 Mar - 12:14

    Ermeline manque défaillir lorsqu’accourant, la mèche folle, vers la porte d’entrée qui vient de maugréer sur ses gonds, elle aperçoit la silhouette fine de sa jeune Dame. Bottes et chausses crottées de boue et de poussière attestent de la longue chevauchée que sa maîtresse vient d’effectuer. Ses doigts potelés contre sa bouche entreclose, la ronde nourrice réprime une exclamation de surprise, ses yeux roulant comme des billes scintillantes au fond de leur orbite.

    - Par mes aïeux ! Où donc étiez-vous, ma bonn’ dame ? V’m’avez fait un’d’ces frayeurs !

    Pour toute réponse, et étonnamment avare en paroles, Celairil lui adresse un simple sourire qui se veut rassurant. L’esprit est ailleurs, ennuagé de pensées tumultueuses. Avec un soupir oppressé, elle se détourne de la femme au chignon flamboyant et marche d’un pas las vers la fenêtre. Au-delà du muret de moellons gris qui ceint la petite propriété, les Crocs qui l’ont retrouvée et escortée depuis les Terres Solitaires s’éloignent, juchés sur leur monture essoufflée.

    D'une fugue. Auberg13
    Les Terres Solitaires, l’Auberge Abandonnée… et des mots échangés dans le secret d’un sous-sol…

    - Vous v’lez pas voir vot’ fils ? murmure Ermeline, toute penaude et embarrassée par l’attitude singulière de sa maîtresse, ses doigts se tordant sur le tissu de son tablier.
    - Si, si… je viens…

    … et des mots échangés dans le secret d’un sous-sol.

    Contenu sponsorisé


    D'une fugue. Empty Re: D'une fugue.

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 17 Avr - 10:42